Nouvelle

Des Chercheurs d’IIS Présentent un Article à la Conférence sur la Philosophie Islamique

12 octobre 2009
Le Docteur El-Bizri a également accordé trois entrevues en anglais et en arabe sur la Philosophie, la Science et l'Islam aux médias et la presse iranienne, ainsi que sur Radio Téhéran. La conférence a été organisée par l'Institut Iranien de la Philosophie, l'Académie de la Science, le Ministère de la Science, de la Recherche et de la Technologie, en association avec l'UNESCO (le Bureau de Téhéran et le Siège Social de Paris), et l'Université Bu Ali Sina de Hamedan.
 
Cet événement académique a concordé avec la célébration de « la Journée Mondiale de la  Philosophie » en novembre 2009. Les colloques et les symposiums internationaux se sont également tenus à Moscou, à St Petersbourg et au Siège Social de l'UNESCO à Paris, aussi bien qu’à Téhéran et à Hamedan. Shrine of Ibn Sina in Hamedan La conférence de Téhéran et de Hamedan a porté principalement sur le legs d'Ibn Sina, connu également sous le nom latin d'Avicenne. La conférence a coïncidé avec une cérémonie nationale, hautement distinguée, qui s’est tenue au saint tombeau d'Ibn Sina à Hamedan. Les délégués de quinze pays ont assisté à cette cérémonie, ainsi qu’aux conférences qui se sont tenues en Iran.
 
En conceptualisant de façon critique l’encouragement à philosopher dans l'Islam >, l’article du Dr El-Bizri s'est concentré sur la question fondamentale du renouvellement de la pensée philosophique inspirée par l’Islam, une foi vibrante vécue dans un enchaînement riche de civilisations interculturelles. Dans ce contexte, il a fait une distinction entre le philosophe motivé par le déploiement systémique de questions et de concepts fondamentaux, et l’exégète archiviste qui se penche davantage sur comment les rapporter. Cela demande de repenser certains systèmes essentiels de l’ontologie et de l’épistémologie en rapport avec l'histoire des idées dans l'Islam.
Dr El Bizri at shrine of Ibn Sina
 
Les traditions fondamentales, qui ont eu un impact fort sur la pensée philosophique et scientifique dans l'Islam et qui ont influé profondément l’érudition européenne à l’époque médiévale et la Renaissance, sont le mieux représentées, par les legs de deux grands penseurs influents : Abu `Ali Ibn Sina (d. 1037 CE) et Hasan Ibn al-Haytham (également connu sous le nom d'Alhazen, d. ca.1041 CE). Les deux offrent des indications et des directives qui peuvent aider en partie à reformuler des questions classiques essentielles en ontologie et en épistémologie, en concevant de nouvelles réponses à leurs prolongations conceptuelles, à la lumière de la philosophie contemporaine, des sciences exactes, et le déroulement de l'essence de la technologie >.
 

Le Docteur El-Bizri voit cette ligne d'enquête plus comme un exercice dans la pensée >, plutôt qu'un projet de recherche en soi et plus comme une voie intellectuelle parmi d'autres. Dans ses possibilités épistémiques, cette étude peut potentiellement faciliter la fondation de nouveaux modèles en repensant la métaphysique et la cosmologie, en s’inspirant de l'histoire intellectuelle des civilisations Islamiques. Cette étude sera essentiellement orientée par des aspirations vécues et concrétisées dans le déploiement de la pensée philosophique véritable en rapport à l'Islam du 21e siècle >.

La conférence, et les événements qui l’ont accompagnée, ont été couverts par la presse et les médias nationaux de l'Iran. La conférence s’est conclue par une cérémonie très médiatisée.

Le Ministre de la Science, de la Recherche et de la Technologie, le Ministre de la Culture, le Directeur de l'Académie des Sciences, le Professeur Reza Davari Ardakani et le Professeur Gholamreza Aavani de l'Institut de Philosophie ont assisté à cette cérémonie en compagnie de divers autres dignitaires iraniens.

D’éminents érudits ont été récompensés pour leurs contributions dans le domaine des études philosophiques dans l'Islam >Les lauréats ont été : l’Ayatollahinfo-icon ‘Abdallah Javadi Amoli, le Dr Ali Akbar Velayati, le Professeur Seyyed Hossein Nasr et le Professeur Gholamreza Aavani.