Nouvelle

L’Institut des Etudes Ismailies et le corps professoral éditent conjointement la publication de la Pensée Islamique du 20ième siècle

11 mai 2006

Le vingtième siècle a été un point tournant historique dans le monde musulman. Les avancées rapides dans les sciences physiques, les changements dans les modes de production, la révolution dans la communication, et la rupture des vieux systèmes ont transformés la condition humaine, la façon dont les personnes sont liées, inter actent, leurs héritages et le monde en général. N’importe comment, il y a une différence cruciale entre la rencontre et l’expérience de la modernité dans l’Ouest et dans le monde musulman. Alors que la modernité s’est développée de manière organique dans l’Ouest à partir d’une évolution intellectuelle et historique pouvant être retracé, son introduction dans le monde musulman a été brusque. Elle a été perçue comme étrangère et imposée et, par conséquent, rencontrée avec suspicion. Néanmoins, elle a précipité des mutations cataclysmiques sur tous les fronts.


Dans le monde musulman, la modernité s’est battue pour avoir un espace intellectuel contre des valeurs traditionnelles fortes, vieilles, et profondément ancrées. Toutes deux n’ont pas toujours été dans un antagonisme essentiel et mutuellement exclusif. En faisant plutôt des concessions, les forces de la modernité et de la tradition sont arrivées à s’installer dans un équilibre inusuel, dynamique et rationnel. Ainsi, pendant que les trappes de la modernité continue de pénétrer le monde musulman, elles sont contrées, contrebalancées par des forces plus organiques et locales.


Les éditeurs de cette nouvelle publication réfutent le malentendu populaire selon lequel la période entre le treizième et le vingtième siècle a été celle d’une stagnation intellectuelle et de déclin dans le monde musulman. Ils mettent l’emphase sur le vingtième siècle non parce que, comme l’ont soutenu plusieurs, c’était la première fois que le monde musulman a brisé son inertie intellectuelle mais simplement parce que le vingtième siècle a été une ère de changement sans précédent, il a été naturellement une ère vibrante de réaction intellectuelle diverse et, donc, digne d’une attention académique.


Dans leur introduction du volume, construit sur trois thèmes majeurs, les éditeurs fournissent un cadre pour approcher la pensée Islamique du vingtième siècle. Le premier est la mise en place des porte-parole de l’Islam, les producteurs de la chaîne d’idées qui forme le sujet de ce volume. Le second est la diversité interne des discours Islamiques dans le vingtième siècle, reflétant la perte de l’autorité intellectuelle Islamique. Le troisième thème est basé sur les interconnections et ruptures qui existent entre la pensée contemporaine islamique et le décor intellectuel global (particulièrement dans ses formulations ayant une prédominance de l’Ouest), ou leurs intérêts partagés et les gouffres et préoccupations qui les divisent et les séparent.


A la suite de l’introduction, trois chapitres (chapitres 2-4) mettent en place le décor pour les sept chapitres thématiques et successifs du volume (chapitres 5-11), chacun adressant un sujet spécifique de la pensée islamique tout au long du siècle, renfermant un souffle d’expression de soi dans la communauté musulmane du monde. Les auteurs forment un groupe impressionnant d’étudiants renommés et les plus jeunes dans le domaine.


Le chapitre deux retrace les origines sociales, les idéologies étayées et le destin ultime du projet islamique réformiste de la fin du dix-neuvième et du début du vingtième siècle. Il est présenté comme une réponse à la crise engendrée par le défi de l’Europe et les demandes de modernisation, et une expression d’une impulsion interne islamique de reforme et de renouveau. Le chapitre trois analyses la dimension idéologique de la pensée islamique dans le vingtième siècle, un produit essentiel de l’éclaircissement de la synthèse moderne islamique – Ouest, tenté par les réformistes. En traçant les diverses catégories idéologiques concurrentes des discours islamiques, il démontre que le défi pivot des relations entre l’Islam et la modernité de l’Ouest s’est largement dessiné tout au long du siècle. Le 20ième siècle, fortune du soufisme en tant que mode survivante de l’Islam traditionnel, forme le sujet du chapitre 4.


Les continuités et ruptures dans les modes de l’Islam et des traditions islamiques de l’Islam, qui sont tous deux médiatisées et magnifiées par les impacts de la modernisation, pointent l’importance des dimensions historiques et contextuelles dans l’étude de la pensée islamique du vingtième siècle. Une attention particulière est donnée aux questions concernant la théorie et la méthodologie, et les suppositions (aux préjudices du temps) qui les guident, dans les deux premiers chapitres thématiques. Le premier de ceux-là (chapitre 5) parle des problèmes de contentieux du nationalisme et culture dans le monde Musulman, le second (chapitre 6) des problèmes de démocratie et pluralisme. Ensuite, est tracée (chapitre 7) l’émergence au milieu du siècle de la science des économies islamistes, conçue comme un système idéal prenant ses racines dans les sources de révélation.


Les débats concernant le genre et la famille ont été particulièrement proéminents et largement étalés au long du 20ième siècle: les discours musulmans se rivalisant engagés dans ces débats fournissent le sujet du chapitre 8. Trois derniers chapitres examinent les perceptions, les points de vue et les constructions des autres non musulmans dans les discours islamiques du 20ième siècle. Lorsque approprié, les auteurs tracent l’impact des transformations engendrées par ce siècle sur les vues et perceptions traditionnelles, et sondent jusqu’à quel point l’imagination des Musulmans du 20ième siècle est devenue le sujet de consensus, ou affiche des fragments. Ces Chapitres considèrent le point de vue des Musulmans concernant celui de trois autres non Musulmans significatifs: l’Ouest, les Chrétiens (et Chrétienté), et les Juifs.


Pris dans son ensemble, met l’emphase sur la nature des forces complexes et contradictoires de l’expérience musulmane du 20ième siècle, qui sont miroitées dans les expressions de la pensée islamique du 20ième siècle. Sur cette base, il combat et pointe les risques impliqués en réduisant, et donnant une approche unidimensionnelle à la pensée islamique et à ses auteurs et promoteurs. A un certain moment quand une compréhension balancée et aiguë de la pensée islamique contemporaine n’a peut être jamais été aussi importante, ni n’a semblé apparemment aussi évasive, ce volume tente de combler une lacune importante. Les étudiants de l’Islam moderne et contemporain, des relations politiques et internationales et de l’histoire moderne du monde musulman apprécieront son côté accessible et compréhensif. Il pourrait être particulièrement utile aux professionnels traitant avec le monde musulman (ou des communautés musulmanes dans l’Ouest), ou avec les médias, dans des agences gouvernementales et non gouvernementales, ou en tant que politiciens ou diplomates. De façon plus large, il pourrait servir comme une excellente source pour les lecteurs en général qui souhaitent améliorer leur compréhension des sociétés et civilisations musulmanes contemporaines, ou l’état actuel des relations entre l’Ouest et le monde musulman.