Nouvelle

Le Dde la Bibliothèque de l’IIS s’exprime sur le mécénat dans l’Art Islamique

4 Février 2012
S’appuyant sur des œuvres d’arts, des manuscrits et des miniatures choisis parmi les collections du Musée Aga Khaninfo-icon (AKM) et de l’Institut des Études Ismaili, M. Merchant s’est attaché à exposer l’exubérance et le dynamisme des environnements artistiques créés de l’Indonésie à l’Espagne par des mécènes qui ont su attirer et mettre en valeur des artistes dont les créations étaient uniques et exceptionnelles. « Cela était fascinant et enrichissant » dit le Dr Beth Wright, le doyen du Collège des Arts Libres et professeur d’histoire de l’art à l’Université du Texas à Arlington. « J’ai particulièrement apprécié la manière dont il a replacé l’art islamique dans son contexte historique et culturel, ainsi que son exposé sur l’échange des idées et des objets entre l’Occident et les cultures islamiques ».
The Blue Qur'an
Débutant la conférence par une page du célèbre Coran bleu, M. Merchant a noté que les manuscrits magnifiquement décorés et ornés de calligraphies sont parmi les œuvres d’art les plus importantes commanditées par des mécènes. Un des manuscrits coraniques les plus remarquables, le Coran bleu, a été écrit sur un parchemin bleu en écriture kufique dorée et a probablement été commissionné par un mécène royal d’Afrique du nord au début du 10e siècle.

Manuscript of the Qanun fi’l-tibb of Ibn Sina, vol 5 — Iran or Mesopotamia

Entre autres travaux scientifiques de la collection AKM, M. Merchant a évoqué les premières copies du Qanun fi’l-tibb (« Le canon de la médicine ») par Ibn Sina. Afin de démontrer la manière dont ce texte encyclopédique devint une référence de la connaissance médicale dans le monde occidental, Mr Merchant a présenté une traduction latine du « Canon » (de la collection de l’IIS) datant du début du 17e siècle.

Au-delà des manuscrits, les mécènes ont commandité d’autres créations artistiques comme de la verrerie, de la ferronnerie, des textiles et des céramiques qui souvent étaient ornés de calligraphies, d’arabesques et des motifs figuraux d’oiseaux, d’animaux et des visages humains. Une des céramiques présentées comprenait une inscription tirée de la tradition du Prophète Mahomet : « la générosité est une disposition des habitants du paradis ».

Biconical gold bead — Egypt or Syria, 11th century.

Il a également été noté qu' « un des éléments visuels les plus importants, encore aujourd’hui, est le mécénat des immeubles ». M. Merchant a exposé en effet que les artisans étaient recrutés à travers le monde musulman pour bâtir des monuments impressionnants aux superbes décorations, avec des intérieurs en céramiques et des extérieurs peints. Ceci emmena la discussion sur le thème des motifs géométriques, qui étaient parfois utilisés en combinaison avec la calligraphie, les arabesques et les motifs figuraux.
 
Enfin, à propos du Musée Aga Khan dont les portes ouvriront à Toronto au Canada, M. Merchant a rappelé qu’il sera dédié à l’acquisition, la préservation et l’exposition des œuvres d’art de périodes et régions diverses, mettant ainsi en exergue l’héritage intellectuel, culturel, artistique et religieux des communautés musulmanes. Son Altesse l’Aga Khan « a identifié le besoin pour une collaboration plus importante entre l’Orient et l’Occident », indique M. Merchant. « L’objectif premier de ce musée est d’utiliser la culture et l’art pour la compréhension et l’éducation entre les communautés, pour exposer la diversité et le pluralisme qui existent dans les traditions artistiques de l’Islam ».

Ces conférences ont été possibles grâce au soutien de l’Institut des Études Ismaili, en collaboration avec l'Aga Khan Trust for Culture et le Conseil ismaélien pour les États-Unis.