Nouvelle

Raconter l‘Islam (Narrating Islam) coédité par un Associé en Recherche d’IIS

3 octobre 2010
Les séries d’articles, contenues dans cette publication, ont été présentées la première fois par des disciples européens, lors de conférences et ateliers internationaux qui ont eu lieu en 2006 et 2007. Les articles explorent à la fois l'histoire et les représentations contemporaines des récits sur l'Islam et les musulmans, tels que reflétés dans les manuels scolaires européens.

Dans ce contexte, durant ces 500 dernières années dans l'histoire européenne, c'est-à-dire depuis la Réforme protestante jusqu'au 21ème siècle, les musulmans ont souvent joué le rôle de l’autre >. Dans chaque région, l'autre a un rôle lié à la protection de la structure indigène, culturelle et politique. Les Ottomansinfo-icon, militairement et culturellement supérieurs, avec d'autres cultures Musulmanes aux frontières de l'Europe, ont été des catalyseurs pour la perception propre de l'Européen. Ainsi, ces récits ont mené vers un accroissement de l'identité collective et de la cohésion de groupe.

L'hypothèse des rédacteurs est que, les récits des manuels sur l'Islam ont toujours eu leurs racines dans des idées Européennes basées sur la différentiation par l'appartenance et la non-appartenance. La majorité de manuels scolaires européens partagent des caractéristiques telles que la vie de Mahomet ou les Croisades >. Les Docteurs Thobani et Jonker soutiennent que ces récits ont été établis sur une longue période de temps et ne peuvent être compris que par une approche de longue durée de l'historiographie européenne, selon des idées contenues dans le travail décisif de Fernand Braudel.
Le Dr Thobani, dans son chapitre de conclusion appelé Peripheral vision in the national curriculum: Muslim history in the British educational context, (La Vision Périphérique des programmes d'études nationaux : L'histoire Musulmane dans le contexte éducatif britannique), remets la discussion à jour. Le chapitre traite du rôle jouépar le programme d'études nationales du Royaume-Uni qui favorise la diversité culturelle et l'identité civique dans le contexte de l'Islam et des musulmans. Même aujourd'hui, le monde islamique est vu comme une entité essentiellement fermée, centrée sur le Moyen-Orient. Les autres régions, tels que l'Afrique du Nord, l’Asie centrale ou l’Inde, ne sont mentionnés qu’en passant.

Dans les textes examinés par docteur Thobani, l’emphase est mise sur un Islam religieux et politique, plutôt que sur l'histoire socioculturelle. « Le monde Musulman ... est éloigné par sa nette séparation avec l'Europe, empêtré dans l’âge médiéval, ayant peu sinon aucun engagement avec la modernité, et se lançant par à-coup dans des épisodes conflictuels comme les Croisades » (p.249). Le Docteur Thobani expose ces perspectives d’après un discours Orientaliste.

Une meilleure alternative, d’après le Dr Thobani, serait de discuter de la richesse de la civilisation musulmane et de son interdépendance avec les autres civilisations, ainsi que de la longue histoire datant de plus d’un siècle, des musulmans en Europe. Les manuels devraient également être remis à jour : « Il est essentiel que la vision périphérique puisse aussi se concentrer sur la rencontre entre les sociétés Musulmanes et les nations européennes durant la période coloniale et les temps récents » (p.252).
Alors que les récits des manuels de culture sont souvent basés sur les idées qui remontent dans le passé, ces manuels cherchent à former les jeunes lecteurs futurs. Ainsi, dans ce monde postcolonial changeant où de vieilles divisions et certitudes sont remises à jour, ce volume apporte une lumière bienveillante dans un domaine d'étude négligé auparavant.