Le Coran dans la Vie et les Pratiques des Musulmans

Télécharger la version complète de cet article en format PDF

 
Mots clés
Coran, Prophète Mahomet, Récitation, Révélation, Histoire Musulmane, Gabriel
 

LE CORAN EN TANT QUE RÉVÉLATION

Dans le Coran, un musulman pieux entend la voix de Dieu le guidant et l’encourageant, le consolant et le réprimandant, promettant la miséricorde juste et la félicité éternelle, tout en menaçant les méchants avec colère des tourments éternels. Pour les musulmans, le Coran est la parole de Dieu, entrée dans la dimension humaine afin de façonner l'histoire: D'après des sources musulmanes, l'Archange Gabrielinfo-icon s’est révélé au Prophète Mahomet en 610 CE alors qu'il était en retraite pour prier dans une grotte du Mont Hira, à l'extérieur de la Mecque.  Il est dit que lors de cette première rencontre, l'archange Gabriel a pressé Mahomet avec autant de véhémence, qu'il sentait qu'il allait étouffer. Les versets du Coran alors recommandé par l'ange sont :

Lis au Nom du Seigneur qui a créé!  Il a créé l’homme à partir d’un caillot de sang.  Car Ton Seigneur est Très Généreux –qui a instruit l’homme au moyen du calame, et lui a enseigné ce qu’il ignorait. (Coran 96:1-5)

Les musulmans affirment que Dieu a averti le Prophète Mahomet : Nous allons te lancer un parole de grand poids, et lui enjoint de se lever à travers la plupart de la nuit en prière, et lui a demandé de de se rappeler avec ferveur ce qui lui a été dit, « Le Seigneur de l’Orient et de l’Occident  » (Coran 73:5 et 73:8).  Pour les musulmans, ce « discours capital » a désigné Prophète Mahomet comme le dernier messager de Dieu à l'humanité ; cet événement a eu un grand impact sur le cours de l'histoire humaine.

Le Coran est censé avoir été communiqué au Prophète Mahomet de deux façons. Les musulmans croient qu'il a été communiqué par l'intermédiaire de l'archange Gabriel.  Ces communications ont été dévoilées par petits bouts : simple verset, groupes de versets et des chapitres entiers ou sourates (surainfo-icons), sur une période de vingt à vingt-deux ans.  Le Coran, pour les musulmans, n’est pas seulement composé de mots qui peuvent être prononcées, entendus et consignés; c'est aussi l'archétype céleste duquel le Coran récité et écrit est seulement une copie terrestre.  Le Coran, dans sa forme d’archétype céleste est, pour les musulmans, la source de la révélation divine tout au long de l'histoire humaine et est conservé éternellement par Dieu. C'est l'Alliance de Dieu avec l'humanité qu’il a établi avec les enfants d'Adam lorsqu'ils n’étaient que des idées ou des essences dans le domaine du divin.  Prophète Mahomet a professé avoir aussi connu ce Coran céleste, en plus d'avoir été le bénéficiaire de la révélation.  Il aurait connu un profond état spirituel, frissonnant par une chaude journée d'été ou suant par une froide journée d'hiver, entendant des sons comme le tintement de cloche.  Ces sons transformant, dans sa conscience, en mots humains, ce qu'il avait mémorisé et enregistré.

Les musulmans croient aussi que le Coran a été envoyé en bas, en partie, dans le cœur du Prophète Mahomet durant la « Nuit du Pouvoir » (Coran 44:3 et 97:1), une nuit bénie pour tous les musulmans.  Cet événement a sanctifié sa vie et a fait du Prophète Mahomet, un exemple à suivre pour les musulmans.  Dans le Coran, Dieu a demandé : Ne suis-Je pas votre Seigneur ?   Et ceux qui ont choisi d'adorer Dieu ont confirmé que le Seigneur a répondu avec les mots : Oui, nous en témoignons (Coran 7:172).  Le Coran est le sceau et le témoignage de cette alliance.  Son message est, pour les musulmans, une affirmation puissante de la Suzeraineté Divine et de l’engagement des musulmans.

Le Coran, comme texte terrestre, a été inextricablement lié à l'histoire musulmane.  Il a servi de réponses aux problèmes de la société arabe au temps du Prophète Mahomet.  Le Coran a aussi été une réponse aux questions du Prophète Mahomet sur le sens de la vie humaine, du mystère de la création et a été étroitement liée à l'histoire de la communauté musulmane naissante de la Mecque et, plus tard, de Médine.  Un bon nombre des versets Coraniques sont censés avoir été révélés en réponse à des questions précises ou des situations de vie.  Les réponses données sont considérées par les musulmans comme étant des principes généraux, des impératifs moraux ou les préceptes applicables en tout temps et tous lieux.  La famille du Prophète, qui le Coran s’est adressé directement (voir Coran 33:32), est considérée par les musulmans comme étant un modèle pour toutes les familles et toutes les sociétés dans le monde.

Organisation du Coran

Le Coran a été par la suite mis par écrit et mémorisé par des hommes et des femmes musulmans professant.  Pourtant, quand Prophète mourut en 632 CE, dix ans après l'hégire (Hijrainfo-icon), sa migration à partir de la Mecque à Médine, le Coran, tel qu'il est connu aujourd'hui, n'existait pas.  Les versets et les chapitres ou sourates, étaient à l'époque, des fragments et des écrits dispersés des scribes du Prophète Mahomet, conservés dans des pièces, collectées de façon privés, de parchemins, de tablettes de pierre, de feuilles en palmes et en cuir, en plus des mots conservés dans la mémoire humaine.  C'est pendant le règne du troisième calife musulman (ou chef religieux) Uthman qui a gouverné la communauté musulmane existante plusieurs générations après la mort du Prophète Mahomet, que le Coran a été généré sous sa forme standard, qui reste inchangée à ce jour. Les sourates ont été organisées afin que, généralement, il y ait une progression du chapitre le plus long vers le plus court. C'est cet arrangement qui a été préservé comme la version du Coran faisant autorité.

Il est essentiel pour chaque musulman pieux de mémoriser autant de Coran que possible.  Une prière musulmane dans la solitude d'une chambre ou dans une congrégation commence avec les mots du sourate d’ouverture du Coran : sourate (Al-Fatihah).  La prière est considérée comme un moyen, pour les musulmans, de s'approprier la parole d'Allah.  Cet échange divin-homme est éloquent dans un hadithinfo-icon qudsi, un dicton du Prophète citant  Dieu :

J'ai divisé la prière (salat) entre Moi et Mon serviteur, et Mon serviteur doit avoir ce qu'il dont il prie pour.  Pour quand le serviteur dit : « tous les éloges sont à Dieu, le Seigneur de tous les êtres, »  Dieu dit : « Mon serviteur M’a célébré. »  Quand le serviteur dit : « Le Tout-Miséricordieux, le Compatissant, »  Dieu dit : « Mon serviteur M'a glorifié... C'est Ma partie et à lui appartient ce qui reste. » (M. Ayoub, Le Coran et ses Interprètes).

La Fatihah, la sourate d’ouverture du Coran, est considérée par les musulmans comme étant la prière parfaite.  Les trois premiers et la moitié de ses sept versets est une prière de louange. Le reste de la sourate est une prière pour la guidance et la grâce divine.  Non seulement la Fatiha, mais le Coran entièr est une prière musulmane.  C'est aussi une adresse divine aux musulmans.  Ainsi, dans chaque prière, Dieu est censé révéler de Lui-même et le croyant musulman doit recevoir la parole de Dieu.  La prière musulmane est le lien de l’homme avec Dieu à travers le Coran.

AnchorLE CORAN EN TANT QUE RECITATION

Le Coran pour les musulmans est une source de la bénédiction divine, de mérite, de tranquillité et d'orientation. Un enfant est accueilli avec lui, à la naissance, c’est par lui qu'il ou elle est guidée durant son voyage terrestre et avec lui, qu’il ou elle est envoyé à la résidence finale.  Ce long voyage à travers la vie avec le Coran inclut une récitation du Coran dans sa totalité ensemble durant une période déterminée d’ une semaine, un mois ou plus en accord avec les divisions du texte sacré pour la récitation quotidienne.  Ce processus est appelé Khatm al-Qur’aninfo-icon ou récitation complète.  Lors d'occasions spéciales, telles que le mois de jeûne du Ramadan, les pieux s'engagent à réciter tout le Coran en le divisant en trente parties égales qui correspondent aux trente nuits du mois sacré musulman.  Mahomet est présumé avoir appelé à une telle personne qui a voyagé à travers le Coran « le voyageur perpétuel ». C'est parce que quand le récitant vient à la fin de sa récitation, il ou elle doit recommencer au début une fois de plus.

Les musulmans trouvent la récitation, la mémorisation, la copie ou posséder une copie du Coran chez eux comme une source de grande bénédiction.  En effet, on croit que le jour de la résurrection, le statut de l’homme musulmanou de la femme musulmane, au paradis, va être déterminé par le nombre des versets du Coran qu'il ou elle aura mémorisé durant sa vie terrestre.  Une source de mérite et de bénédiction, encore plus grande pour les musulmans, serait d’étudier et de comprendre les principes et les préceptes du Coran. Le Prophète est censé avoir déclaré : Il n'y a point de gens rassemblés dans l'une des maisons de Dieu à réciter le Livre de Dieu et à l’étudier ensemble sans que la sakinah (tranquillité divine) ne descende sur eux.  Le terme sakinah est peut-être dérivé du terme hébreu sheckinah, qui signifie « à la gloire de Jehovah ».  Une telle dérivation est peut être le résultat du contact que Prophète Mahomet avait avec les juifs et les chrétiens avant et pendant ses révélations. « La Miséricorde les entoure, les anges évoluent autour d'eux et Dieu se souvient d’eux, en même temps que de ceux qui sont avec Lui .»  Les récitants du Coran, ceux qui mémorisent ses mots et qui vivent selon ses préceptes, sont censés être les héritiers du Prophète.  Le Coran est supposé sanctifié le cœur et le foyer du musulmans et faire de lui un partenaire de la révélation Divine. On croit que sa parole inscrite sur un bâtiment, une entreprise ou un véhicule appelle une bénédiction ou une protection.

Par-dessus tout, le Coran est « un livre de conseils pour ceux qui craignent Dieu » (Coran 2:1-5).  Les fidèles sont invités à réfléchir sur le Coran, à étudier son sens et l’application de ses versets et se laisser guider par eux dans leur conduite quotidienne.  Le Coran est destiné à servir de base à la société musulmane. Le Coran régit la relation filiale d'un enfant envers ses parents et de leurs responsabilités envers l'enfant. Il régit les relations d'un musulman envers ses homologues musulmans et non musulmans, la relation d'un sujet avec l'État et ses dirigeants et la relation d'un être humain avec Dieu. Il régle la vie de la société en temps de guerre et de paix et peut même stipuler les motifs et les règles régissant la guerre. Le Coran est, en somme, une école pour les musulmans. Il les disciplines physiquement, moralement et spirituellement.

AnchorLE CORAN EN TANT QU’ INSPIRATION

Le Coran est essentiellement une série de déclarations autonomes, des paraboles, d’histoires, d’injonctions et d’interdictions.  Cependant, les musulmans pensent que, ce qui sous-tend ce regroupement diversifié, est une unité de sujets, de messages, d’idiome et un style. Le Coran en arabe a été décrit à juste titre par les musulmans et les non musulmans comme une symphonie de mots. Non seulement les enseignements et les idées du Coran, mais aussi ses mots et ses phrases ont imprégné la vie et les discours des musulmans, indépendamment des différences de langue, de race et de culture. Avec les mots du Coran, un musulman exprime sa satisfaction et sa gratitude envers Dieu pour un succès lorsque qu’il crie : Tabarak Allah (Béni soit Allah) ou Alhamdu lil-lah (Louange à Allah).  Avec les mots du Coran, un musulman exprime également sa peine et l'acceptation de la volonté de Dieu lors de la perte d'un être cher ou qu’il rencontre la mort en disant :  « À Dieu nous appartenons et à Lui nous reviendrons. »  Avec les mots du Coran et plus particulièrement avec l’énoncé de son chapitre d’ouverture ou sourate, les mariages sont bénis, les accords sont scellés et les peurs et danger semble être évités.

Le Coran a été considéré par les musulmans comme un miracle de la parole. Son style inimitable, ses idiomes et sa perception de l'unité sont considérés comme étant la preuve de son origine divine pour les musulmans. Son interprétation (tafsir) a occupé certains des meilleurs esprits de la communauté musulmane. L'étude de sa grammaire et de sa langue, son éloquence, ses comparaisons et ses métaphores, ses paraboles, ses histoires et préceptes ont évolué vers une science vénérable. De même, sa récitation, comme un simple chant (tartil) ou sa restitution musicale artistique très développée (tajwid), a attiré les meilleures voix et talents de la société musulmane tout au long de l'histoire musulmane. C'est dans la récitation du Coran que son pouvoir et sa beauté sont le mieux ressentis par les musulmans pieux.  Par conséquent, la récitation du Coran occupe une place d'honneur dans la communauté musulmane.

Le Coran a établi la norme d'excellence pour la littérature arabe. Il a, en outre, imprégné la littérature de toutes les autres langues musulmanes. Les musulmans se saluent avec les mots du Coran et, avec ses mots et ses idées, ils expriment leurs propres sentiments et des idées.  On croit que le Coran été envoyé ici-bas au Prophète Mahomet et à travers lui pour toute l'Humanité « en un discours arabique clair » (Coran, 16:103).  Bien que le Coran ait été traduit dans la plupart des langues majeures de la planète, il est récité dans sa langue d'origine.  Le Coran est traduit et ses significations interprétées dans d'autres langues seulement pour permettre l'étude et la compréhension de son enseignement. Pour connaître le Coran dans toutes ses dimensions, il doit être étudié dans sa langue d'origine.

Cet objectif a motivé de nombreux savants musulmans non arabophone à exceller dans l'étude de la langue du Coran. Pendant des siècles, l’arabe a été la langue internationale de la littérature musulmane, de la philosophie et de la science. Le Coran a été le symbole, la source et le cadre de l'unité musulmane.

L'islam s'est répandu sur une vaste zone géographiquement et culturellement diversifiée du monde. Il a été adapté en fonction des besoins des différents peuples et cultures. Dans le processus, cependant, il a assumé de nombreux caractères et des expressions très différentes. Le Coran sous-tend vers cette grande diversité et fournit une unité fondamentale dans les pratiques du culte, l'expression littéraire et e la culture populaire. Cette unité paradoxale, la diversité de l'Islam et son enracinement dans le Coran est sa force perceptible. Le principe de l'unité de la famille humaine est un principe coranique Le Coran et Ses Interprètes important : « Ô vous les hommes! Craignez votre Seigneur, qui vous a créé d’un seul être, puis, de celui-ci, il a créé son épouse et il a fait naître de ce couple un grand nombre d’hommes et de femmes. » (Coran 4:1).  Le principe de la diversité est aussi un principe Coranique. La différence de race, de couleur et de croyances sont divinement prédéterminés.

Le Coran a été une source inépuisable d'inspiration pour les musulmans dans toutes les disciplines du savoir et de l'entreprise humaine.  De fervents musulmans affirment qu'il parle lors de toutes les situations de vie dans les sociétés musulmanes ainsi qu’aux conditions de chaque individu musulman. Les musulmans ont insisté pour que le Coran soit applicable à toutes les situations, en tout temps. Pourtant, pour qu'il soit universel dans son étendu et sa signification, le Coran est lu et doit être appris par cœur par chaque musulman comme s’il était envoyé à ce moment précis et à lui seul.

AnchorRéférences

Ayoub, Mahmoud.   Le Coran et Ses Interprètes, The Qur’an and Its Interpreters, 2 vols. to date. New York: State University of New York Press, 1984.

Izutsu, T.         Dieu et Homme dans le Coran.  God and Man in the Koran. Tokyo: Keio Institute of Cultural and Linguistic Studies, 1964.
Kassis, H.E.    Une Concordance du Coran.     A Concordance of the Qur’an. Berkeley: University of California Press, 1983.
Lings, M.       L'Art Coranique de Calligraphie et Illumination.     The Qur’anic Art of Calligraphy and Illumination. Boulder: Shambhala, 1976.
Nelson, K.      L'Art de Réciter le Coran.         The Art of Reciting the Qur’an. Austin: University of Texas Press, 1985.
Safadgi, Y.H.   Calligraphie Islamique.    Islamic Calligraphy. Boulder: Shambhala, 1978.
Tabari, al.      Le Commentaire du Coran.    The Commentary on the Qur’an. Vol. 1, New York: Oxford University Press, 1987
Tabatabai, M.H.   Le Coran dans l'Islam : Son Impact et Influence sur la Vie de Musulmans    The Qur’an in Islam: Its Impact and Influence on the Life of Muslims. London: Muhammadi Trust, 1987.

Les pages associées sur le site Web IIS   

Article : Interprétation Shi’i Ismaili du Saint Coran - Azim Nanji

Article : Sur le Pluralisme, l’Intolérance, et le Coran - Professeur Ali S Asani
 

Il s'agit d'une version modifiée d'un article écrit par Mahmoud Ayoub, initialement paru dans The Muslim Almanac (Gale Research, Inc. Detroit, MI: 1996, p.355-364, Ed. A. Nanji).

Beaucoup a été dit et écrit sur le Coran–que c’est une écriture sacrée, une contre façon, un mélange d'idées disparates, une grande littérature, ou une pièce confuse rêvée par un esprit primitif. Alors que le Coran a été une source de perplexité pour la compréhension Occidentale, il a été, pour...